Connexion | Créer un compte
Jean Jacques Goldman - Quand la musique est bonne

Titre diffusé

Jean Jacques Goldman
Quand la musique est bonne

Malgré le manque d'anesthésistes et de gynécologues, la décision de fermeture de la maternité de Sedan reste incompréhensible

01/04/2023 - 10:15 - Rédigé par Candide Blomme

Malgré le manque d'anesthésistes et de gynécologues, la décision de fermeture de la maternité de Sedan reste incompréhensible

Certes ils n'étaient pas nombreux, mais ils étaient présents. Ce vendredi 31 mars, après l'annonce officielle de l'ARS de « suspendre provisoirement » les accouchements à la maternité, une poignée de mécontents s'était donné rendez-vous devant l'hôpital de Sedan, à l'appel d'Anne Du Souich, Membre du Comité de Soutien des Hôpitaux et Maternités de Proximité des Ardennes.


Parmi eux, élus, habitants, et membres du Comité de Soutien, pour un NON ferme à une décision pour laquelle aucune des personnes présentes n'est dupe : « Il ne s'agit pas d'une suspension mais d'une fermeture déguisée ! L'ARS et le CHINA n'ont pas été capable de trouver des anesthésistes et des gynécologue durant ces 5 dernières années, ce n'est pas en 15 jours qu'ils vont réussir à en trouver » déplore Anne du Souich, qui a des mots très forts : « Ça peut paraître anecdotique, mais à partir d'aujourd'hui, vendredi 31 mars, plus aucun enfant ne sera natif de Sedan, c'est une réalité ».


Aurélien Behr, Conseiller Municipal Délégué aux Affaires Sociales, revient, au micro de Radio 8, sur les enjeux de cette fermeture pour les mamans du bassin de vie de Sedan


Hormis le danger de cette fermeture pour toutes les futures mamans et leurs bébés, cette fermeture de service public traduit également une catastrophe économique. « La maternité est à l'image de l'hôpital de Sedan, qu'on a vidé de presque tous ses services (la cardiologie, la pneumologie, la chirurgie, les soins intensifs). C'est une coquille vide ! Comment un médecin peut-il aujourd'hui avoir envie de travailler dans un hôpital où il n'y a plus de service ? » questionne Anne Du Souich, qui dénonce un triple désastre.


Anne Du Souich, Membre du Comité de Soutien des Hôpitaux et Maternités de Proximité des Ardennes, au micro de Radio 8


La justification par l'ARS Grand Est de cette suspension par le manque de ressources humaines passe mal donc, en particulier parce que l'aspect humain n'est absolument pas pris en compte, que ce soit pour les patientes, pour les enfants à naître mais aussi pour les agents hospitaliers. On le rappelle, la maternité de Sedan, située au premier étage d'un pôle mère – enfants construit il y a seulement 9 ans, couvre un bassin de vie de 85 000 personnes et représente 500 à 600 naissances par an, soit presque deux naissances par jour !

Deux interviews sont disponibles pour cet article

Commentaires

Aucun commentaire

Pour poster un commentaire, vous devez Vous connecter ou Créer un compte