Connexion | Créer un compte

« Le confinement a été un facteur d'aggravation des violences conjugales, c'est évident ! » selon le Procureur de la République Laurent de Caigny

18/05/2020 07:37

Procureur De Caigny

Pendant le confinement en France, les chiffres de la délinquance ont sensiblement baissé mais à l’inverse, les cas de violences conjugales ont, eux, explosé. Fin mars, le secrétariat d’État à l’Égalité femmes-hommes faisait d'ailleurs état d’une augmentation de plus de 30 % des signalements de violences conjugales depuis le début du confinement.

Dans les Ardennes, même constat. Du 16 mars au 24 avril, 46 affaires ont donné lieu à 27 décisions de suite judiciaire. Dans les 19 autres affaires, soit l'enquête se poursuit, soit les faits ne sont pas suffisamment caractérisés.

Afin d'avoir une idée de l'état des lieux de la délinquance en terme de violence dans le département, en comparant la situation entre mars 2019 et mars 2020, les violences, quelles qu'elles soient, chutent de 39% mais les violences conjugales ont elles augmenté de 20% sur ces deux mêmes mois. On observe également que la part relative des violences intrafamiliales sur l'ensemble des violences aux personnes a augmenté de 60%. Parmi ces violences intrafamiliales, les violences conjugales ont augmenté de 50%.

Concernant les 6 semaines de confinement évoquées, on constate entre les 3 premières semaines et les 3 dernières une hausse de 71% de ces violences conjugales.

Cette aggravation des violences conjugales démontre que plus le confinement dure et plus les violences conjugales augmentent, comme nous l'explique le Procureur de la République, Laurent de Caigny

Une tendance qui devrait se confirmer avec des chiffres définitifs attendus à la mi-juin concernant la période de confinement. 

Une interview est disponible pour cet article


Rédigé par

Commentaires

Aucun commentaire

Pour poster un commentaire, vous devez Vous connecter or Créer un compte