Connexion | Créer un compte

Justice : Le Lieutenant-Colonel des pompiers Eric Delhomme, jugé pour harcèlement moral sur 4 pompiers, fixé sur son sort ce lundi

12/01/2020 11:00

delhomme

Le Lieutenant-Colonel Eric Delhomme, chef de corps à Chooz et à Vireux-Molhain, comparaissait le 9 décembre dernier devant le tribunal correctionnel de Charleville-Mézières pour harcèlement moral sur au moins 4 pompiers, entre 2013 et 2018.

Une audience qui aura duré 5 heures, durant lesquelles les 4 pompiers victimes ont fait état des différentes brimades, toujours publiques, du lieutenant colonel à leur encontre : « le bon à rien, l'autre abruti, le suicidaire, ils ont 3 neurones pour 6 », la liste est longue.

Dans le cadre de l'enquête, pas moins de 35 personnes, pompiers volontaires et professionnels, ont été entendues et une trentaine incriminent directement le lieutenant colonel Delhomme, décrit par l'expert-psychiatre comme quelqu'un ayant une « propension à rabaisser. Il est théâtral, souvent manipulateur, la moindre critique est une atteinte narcissique intolérable, il prend un plaisir malin à humilier pour soulager sa mésestime de soi ».

A la barre, le lieutenant colonel Delhomme s'expliquait, en réitérant les mêmes erreurs et en faisant ce pour quoi il était jugé aujourd'hui : « Lui il tape sur sa femme et n'a pas de compte en banque, lui est confus mais je n'en attendais pas moins, lui il nous volait de l'essence » mais admettait tout de même : « J'étais sévère et autoritaire, perfectionniste, mais jamais insultant ».

Grand absent des débats en revanche, le Lieutenant Colonel Sorieul, ancien Directeur du SDIS 08, qui avait dénoncé les faits suite à une demande de protection fonctionnelle d'une des victimes et qui officie aujourd'hui dans l'Aisne.

Dans cette affaire, si Morgane Revel, Procureur de la République, a requis 8 mois de prison avec sursis, l'interdiction définitive d'exercer cette fonction et une inéligibilité de 5 ans à l'encontre du prévenu, les victimes souhaitaient avant tout être reconnues comme tel.

Le tribunal rendra sa décision ce lundi 13 janvier mais chacune des parties a d'ores et déjà affirmé son intention de faire appel, la Défense en cas de condamnation de son client, et la partie civile en cas de relaxe du Lieutenant Colonel Delhomme. Cette affaire est donc loin d'être terminée.


Rédigé par

Commentaires

Aucun commentaire

Pour poster un commentaire, vous devez Vous connecter or Créer un compte